Religions

Démission suspecte à la tête des protestants suisses

Après le départ intriguant de l’un des sept membres de l’exécutif de l’Eglise évangélique réformée de Suisse (EERS), l’Eglise vaudoise s’allie avec d’autres Eglises cantonales du pays pour réclamer des clarifications.
Démission suspecte à la tête des protestants suisses
lES Eglises réformées du pays, à l’instar de l’Eglise vaudoise, se mobilisent pour réclamer des clarifications sur «le conflit considérable» soupçonné au sein de leur exécutif national (photo prétexte). KEYSTONE
Eglise réformée

«Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on a affaire à une situation nébuleuse», lâche Marie-Claude Ischer, présidente du Conseil synodal (exécutif) de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV). Le 24 avril, les délégués au Synode de l’Eglise évangélique réformée de Suisse (EERS) ainsi que les présidences des Eglises cantonales ont en effet appris la démission de la pasteure bâloise Sabine Brändlin, membre du Conseil (exécutif) de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion