Genève

A Genève, la file d’attente s’allonge

Samedi, la Caravane de Solidarité a distribué 1683 colis alimentaires, pas assez pour tout le monde. Familles, personnes âgées, travailleurs sans papiers, la précarité s’est déclinée en de multiples récits.
A Genève, des gens ont faim
Les portes s'ouvraient à 9 heures, mais des personnes sont arrivées à 5 heures du matin déjà pour faire la queue et être certaines de recevoir leur sac de provisions. JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Reportage

Nico, premier de la file. Heure d’arrivée: 5h10. Métier: auxiliaire de sécurité, payé à l’heure. «Il me reste 29 francs sur moi depuis la semaine dernière. Je mange moins qu’avant, j’ai besoin de ce sac», explique-t-il, veste remontée jusqu’au nez et casquette tirée sur le front, pour ne pas être reconnu. Quelques mètres derrière lui, une dame installée sur un tabouret de camping lit un bouquin d’Amélie Nothomb, en attendant l’ouverture

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion