Suisse

Mourir de «fatigue de vivre»

Depuis le début de la pandémie, les personnes âgées sont confinées «pour leur bien». Une spécialiste du vieillissement pointe les effets secondaires de ce choix.
Mourir de «fatigue de vivre» 1
Les personnes âgées qui osent sortir de chez elles sont parfois mises à l'index. KEYSTONE
Société

Alors que le déconfinement a débuté, notamment pour les physiothérapeutes et les jardineries, les portes des EMS restent closes jusqu’au 8 juin en tout cas, et leurs résidents privés de visites. Dans sa lutte contre le Covid-19, la Suisse néglige-t-elle les besoins de ses aînés? Le point avec Cornelia Hummel, professeure associée au Département de sociologie et chercheuse associée au Centre interfacultaire de gérontologie et d’études des vulnérabilités (CIGEV) de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion