Religions

Le travail bénévole s’essouffle

Les structures caritatives et religieuses recourent largement au bénévolat, souvent âgé. La pandémie les oblige à trouver de nouvelles solutions, mais pourrait aider à renouveler l’engagement.
Le travail bénévole s’essouffle
Les 65-74 ans assurent la moitié du bénévolat en Suisse, ici dans une centrale alimentaire à Lausanne. KEYSTONE
Covid-19

«Sans eux, beaucoup de nos prestations ne pourraient tout simplement pas être offertes», explique Frédérique Sintes, responsable du bénévolat à Caritas Genève. «Sans eux», soit sans les bénévoles qui s’engagent au long cours dans nombre d’associations ou de paroisses. Une bonne partie d’entre eux ont plus de 65 ans et ont été invités à rester à la maison depuis le déclenchement de la pandémie. Ces défections impliquent parfois de grosses

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion