Vaud

Les sans-abri se protègent avec peine

Les associations d’aide aux sans-abri se réorganisent face aux nouvelles normes d’hygiène.
Les sans-abri se protègent avec peine
Dans des villes comme Genève ou Lausanne, des bénévoles se mobilisent pour ravitailler les laissés-pour-compte. KEYSTONE
Précarité

«Sauf que rester chez soi lorsqu’on n’a nulle part où aller, ce n’est juste pas possible», déclare Aline Catzeflis, veilleuse au Sleep-in, lieu d’accueil pour les sans-abri. Comment appliquer les nouvelles mesures tout en gardant l’espace ouvert? Se réunissant en urgence, les travailleurs sociaux ont décidé de diminuer leurs places d’accueil afin de pouvoir garantir une distance nécessaire entre chaque lit. La cuisine et le salon, espaces communs, sont désormais

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion