Égalité

«Il ne s’agit pas de détruire»

Des femmes se tournent vers les cours d’autodéfense. Endossant la violence qu’elles dénoncent?
«Il ne s’agit pas de détruire»
Dessin: ALBERTINE
8 mars

L’espace public n’est pas pareillement public pour tout le monde: les femmes n’y ont accès que sous certaines conditions et à certaines heures. La nuit est particulièrement menaçante pour nombre d’entre elles, qui recourent parfois à l’autodéfense pour y reprendre leur place. Avec quel bénéfice? La meilleure défense est-elle l’attaque? A contrario, le féminisme doit-il forcément être non violent? Soline a 19 ans. C’est à 16 ans qu’elle débute les cours de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion