Suisse

«D’abord la reconnaissance sociale»

Pour les musulmans de Suisse, la perspective de voir l’islam reconnu juridiquement n’est pas prioritaire.
«D’abord la reconnaissance sociale»
Chez les musulmans de Suisse, l’assistance spirituelle l’emporte sur d’autres objectifs comme la ­reconnaissance officielle. KEYSTONE
Religion

Les musulmans représentent en Suisse la troisième plus importante communauté religieuse. «Qui paie, commande», affirme le dicton populaire. Si les communautés musulmanes de Suisse étaient reconnues en droit public, comme c’est le cas des Eglises nationales chrétiennes, elles pourraient percevoir des impôts ecclésiastiques auprès de leurs membres. Ce qui garantirait une plus grande transparence. C’est toutefois plus facile à dire qu’à faire. Face à la complexité de la procédure, les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion