Arts plastiques

Chloé Delarue. Futur antérieur

Pour créer ses ­«environnements», la plasticienne ­établie à Genève se place sous l’influence d’un «après» d’ores et déjà archaïque. Portrait.
1
Le travail de Chloé Delarue suggère «un futur qui aura vieilli avant qu’on ne le rejoigne». VICTOR SAVANYU, MUSÉE DES BEAUX-ARTS, LA CHAUX-DE-FONDS
Portrait

On s’attend à une baffe olfactive, au moment de s’engouffrer dans l’atelier de Chloé Delarue. Mais en définitive, les effluves de ses œuvres sont plutôt modestes, surtout par rapport aux émanations de Givaudan qui empestent toute la zone du Lignon, à Vernier – les laboratoires du parfumeur sont à quelques encablures. Des notes de produit lessive cheap, en ce lundi matin de décembre, avec une forte prédominance citrique. Rien à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion