Livres

Plafond de verre

Dans Ramdam, Antonin Moeri avance sur la corde raide en mettant en mots une histoire banale, celle d’un voisin bruyant qui rend fou le locataire du dessous.
Plafond de verre
Roman

Est-ce là un agacement de la vie quotidienne, un drame du racisme ordinaire ou le délire d’un homme qui se mure dans ses obsessions? Quand Antonin Moeri met en mots un fait banal, qui ne mérite qu’à peine la qualification de divers, le doute reste permis. L’intrigue tient en une phrase, la première de Ramdam: «Ses voisins l’empêchent de dormir depuis quatre ans.» Car depuis tout ce temps, Malik Oussedik

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion