Genève

Le trop facile «tous pourris» de La Revue

Les Genferei ont cette année dépassé toutes les espérances. A tel point que l’édition 2019 du spectacle satirique qui épingle la vie politique genevoise peine à les embrasser.
Le trop facile «tous pourris» de La Revue
Malgré ses ratés, La Revue 2019 vaut le déplacement. Mais sans doute la scène, réussie, où ce Dieu déchu se cloue sur la croix, aurait-elle été suffisante pour évoquer Pierre Maudet. SEBASTIEN MONACHON
Spectacle

 Quand La Revue croque la grève des femmes, il ne peut pas y avoir de bonne surprise. Quel regard, fût-il satirique, attendre d’un spectacle où les femmes sont cantonnées au rôle de maîtresse d’école autoritaire (Sandrine Salerno), débile profonde (Esther Alder), service après-vente de Maudet (Nathalie Fontanet), prostituées, pouliches privées de parole ou féministes top model? En réduisant la mobilisation du 14 juin à une guerre des sexes, la troupe

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion