International

«Le monde nous oublie»

Porte-voix des habitants de Sanaa la rebelle, Suad al-Qadri demande de l’aide aux Occidentaux.
«Le monde nous oublie» 1
Le blocus provoque des pénuries de nourriture et d’essence. Les enfants en sont les premières victimes. KEYSTONE
Yémen

La guerre frappe à toutes les portes à Sanaa. Les bombes, les épidémies, la malnutrition viennent enlever au hasard un père, une sœur, un fils… La capitale du Yémen est plongée, comme le reste du pays, dans un conflit qui a fait près de 90’000 morts et plus de trois millions de déplacés. Cinq ans après sa prise de contrôle par les rebelles houthis, la ville est encore la cible

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion