Suisse

«Il n’y a plus d’identité yéménite»

Invité en Suisse à l’occasion de la Journée des écrivains en prison, l’auteur yéménite Ali al-Muqri participera début novembre à plusieurs lectures et discussions publiques autour de son œuvre. Entretien avec un écrivain persécuté au Yémen et exilé en France depuis 2015.
«L’idée d’être tué sans savoir par qui m’est douloureuse»
«Je n’ai pas de convictions idéologiques. Ce que je fais, c’est un travail purement littéraire qui traite des questions que je trouve essentielles, humaines et encore pas ou peu abordées», confie Ali al-Muqri . DR
Yémen

Poèmes, essais, articles, romans, les écrits d’Ali al-Muqri lui ont valu de longues années de tourments au Yémen. Rédacteur culturel de journaux d’opposition, auteur engagé défendant le multiculturalisme, les droits des femmes et ceux des minorités, Ali al-Muqri a subi les foudres de groupes religieux fondamentalistes jusqu’à son exil en 2015, année où il a obtenu le «Prix de la littérature arabe». Son dernier roman traduit en français, Le pays

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion