Scène

Pamina de Coulon à l’ère du capitalocène

Créé à l’Arsenic la semaine passée, le dernier «essai parlé» de l’artiste romande explore les ruines du capitalisme. A voir au Grütli en janvier.
Pamina de Coulon à l’ère du capitalocène
La performeuse Pamina de Coulon dans sa dernière création «Fire of Emotions: Palm Park Ruins». DR
Performance

Pamina de Coulon est une artiste inclassable. Sa présence scénique donne toute la place à la pensée, et, de facto, à la parole, son vecteur. Passée par la HEAD genevoise, elle livre depuis plusieurs années le fruit de ses réflexions par un discours intelligent, en prise directe avec notre temps et les préoccupations alternatives qui résonnent (et raisonnent) en marge du capitalisme dominant. La performeuse, née en 1987, a créé

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion