Scène

Radical Arsenic

Au Centre d’art scénique lausannois, les artistes réfléchissent à des alternatives sociétales en renouvelant les formes et les esthétiques du spectacle vivant.
Radical Arsenic 1
Les «silly walks» de Gregory Stauffer, en résidence à l’Arsenic. Il y présentera "The Wide West Show!", en janvier prochain. BETH DILLON
Interview

L’Arsenic accueille depuis une trentaine d’années un vivier de créateurs qui éprouvent de nouvelles formes et esthétiques à l’encontre d’une pensée dominante. A la barre du Centre d’art scénique contemporain, à Lausanne, Patrick de Rham poursuit la dynamique qui a fait la singularité et le succès du lieu, et hissé ses artistes sur les scènes européennes et au-delà. Car le «spectacle romand», transdisciplinaire et décalé, reconnu pour son originalité, s’est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion