International

Quand la Chine fait disparaître

A l’occasion de la Journée internationale des victimes de disparitions forcées, des ONG appellent la Chine à renoncer à une pratique utilisée à large échelle et de façon systématique pour réprimer toute forme de dissidence.
Quand la Chine fait disparaître
Selon Human Rights Watch, Meng Hongwei, président d’Interpol et le vice-ministre de la sécurité publique a «disparu» en octobre dernier à son retour de l’étranger. FLICKR/WEB SUMMIT
Droits humains

«La Chine a recours aux disparitions forcées à large échelle et de façon systématique pour réprimer toute forme de dissidence», assure le Service international pour les droits de l’homme (SIDH), basé à Genève. A l’occasion de la Journée internationale des victimes de disparitions forcées, qui a lieu ce vendredi, l’ONG appelle la Chine à renoncer à cette pratique et à respecter la Convention des Nations Unies qui l’interdit, même si

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion