Lecteurs

Pour combien de temps encore?

Arnaud Janin met en avant certaines de nos incohérences.
Environnement

Vendredi 9 août, à Lausanne: après une semaine de studieuses réflexions, le Sommet de la jeunesse pour le climat accouche d’une déclaration inoffensive. Quelques centaines de personnes manifestent en évitant soigneusement le centre de Lausanne pour venir finalement s’ébrouer sur la plaine de Vidy, sans perturber le moins du monde les baigneurs de Bellerive.

La manifestation est autorisée par des autorités ravies et une police discrète qui n’a pas eu à se confronter à ces trublions d’Extinction Rebellion qui ont en général le mauvais goût de bloquer des routes pour claironner que notre planète va très mal. Authentiques lanceurs d’alerte non violents, qu’on humilie à coup de gardes à vue et de fouilles à poil.

Vendredi 9 août, Vevey: dix fois plus de personnes ont envahi les rues de la riante cité du bord du lac. La populaire Fête des vignerons bat son plein. Au restaurant de l’espace fribourgeois, on fait la queue pour pouvoir s’installer à une table et commander la fondue moitié-moitié. Pour une famille de 5 personnes avec une bouteille de blanc, on s’en tire pour 165 francs, une paille, la Fête est belle, seuls les radins comptent. Les serveurs eux semblent compter les tranches de pain, il faudra demander du rab à trois reprises. Et pas question de demander une carafe d’eau, évitons les gros mots. Il paraît que le public était invité à adopter un comportement écologique. Les marchands d’eau minérale en bouteille rigolent et continuent de faire la loi.

Vendredi 9 août, Vevey: encore de l’eau, des trombes qui s’abattent sur l’arène. Le spectacle est interrompu à la 91e minute pour raisons de sécurité, les organisateurs évitent ainsi de devoir organiser une séance de remplacement à laquelle ils sont contractuellement tenus si la durée du spectacle est inférieure à nonante minutes. C’est bien joué et mesquin. Le spectacle aurait dû être interrompu bien plus tôt. Incrédules, nous observions de jeunes figurants se casser la figure en tentant de faire roues et pirouettes sur des tapis gorgés d’eau.

Vendredi 9 août: le GIEC sort un nouveau rapport de 1200 pages que personne ne lira et qui nous dit à nouveau qu’il faut réduire nos émissions de gaz à effet de serre et manger moins de viande. On y pensera après la Fête des vignerons une fois que les caveaux auront fermé leurs portes et les parkings dégorgé leurs voitures.

Merci Monsieur Daniele Finzi Pasca, vous nous avez permis l’espace de quelques jours de rêver, de mettre à l’écart nos soucis quotidiens et d’oublier la catastrophe qui vient. La grande machine à détruire la planète peut continuer à tourner à plein régime. Mais pour combien de temps encore?

Arnaud Janin,
Saint-Légier (VD)

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Environnement

Connexion