Édito

Vert dollar

Vert dollar
Une vue aérienne de Kulusuk, au Groenland, le 16 août dernier. KEYSTONE
Groenland

La «Terre verte» pourrait ne pas le rester longtemps. A mesure que la calotte glaciaire fond sur le Groenland, l’appétit minier croît autour de l’île septentrionale. Au-delà de la grotesque offre d’achat du président Trump aux Danois, l’affaire est sérieuse: uranium, terres rares, métaux divers et hydrocarbures font saliver les vautours du dérèglement climatique. Avant de lancer l’offensive finale sur l’Arctique voisin.

A ceux qui pensent encore que le capitalisme pourrait miraculeusement verdir, la fonte des glaces offre un cinglant démenti. La folle machine productiviste engendrée par la course aux profits ne se contente pas de nous précipiter en enfer, elle le transforme en opportunités d’affaires. Nouveaux sous-sols à exploiter, nouveaux sanctuaires animaliers, nouvelles routes commerciales, tandis que la chaleur consume l’Amazonie1Des manifestations de protestation auront lieu vendredi à midi à Genève (devant le Consulat du Brésil au 45, rue de Lausanne) et à 17 h à Lausanne (pl. Saint-François)., déjà réduite à la portion congrue par des décennies de «développement économique», les chercheurs d’or et (surtout) d’argent se précipitent sur d’autres Eldorado. Qu’ils abandonneront ensuite dans le même état.

Trump au Nord, Bolsonaro au Sud incarnent mieux que personne le cynisme sans limite des profiteurs du système. Mais la grossièreté de ces deux présidents ne doit pas nous égarer: ils ne font qu’épouser la logique profonde d’un monde basé sur la dette écologique et sociale. Basant la richesse des uns sur l’exploitation des autres.

Rien n’indique que cette fuite en avant sera stoppée. Dans la logique du système politico-économique aujourd’hui en vigueur, la rareté croissante des ressources devrait au contraire exacerber les convoitises et multiplier les profits pour leurs détenteurs. Le seul capitalisme vert a la couleur du dollar.

Notes   [ + ]

1. Des manifestations de protestation auront lieu vendredi à midi à Genève (devant le Consulat du Brésil au 45, rue de Lausanne) et à 17 h à Lausanne (pl. Saint-François).
Opinions Édito Benito Perez Groenland Ressources naturelles Exploitation

Connexion