Solidarité

La démocratie ou la mort

Les autochtones du Guatemala, exclus du développement et durement réprimés, ont choisi de se défendre en attaquant le terrain politique. Malgré l’appel au boycott du second tour de la présidentielle, le pays ne peut plus ignorer sa majorité rurale et indigène.
La démocratie ou la mort
Thelma Cabrera fière de voter à El Asintal, en plein pays maya: C’était le 16 juin dernier. Malgré un score inédit pour une telle candidature, le premier tour de la présidentielle laisse un sentiment mitigé au mouvement indigène, qui estime avoir été victime de fraudes. KEYSTONE
Guatemala

Julio Ramírez avait 55 ans. Il présidait le Comité de développement paysan (CODECA) de sa communauté de San Antonio Seja, quand il est tombé, le 12 juillet dernier, abattu de dix balles tirées à bout portant sur le chemin de sa maison. Treize jours plus tard, Jorge Juc Cucul, 77 ans, était assassiné à coups de machette alors qu’il cultivait son champ sur cette même commune de Livingstone Izabal, tout à l’est du

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion