International

«L’Etat nous criminalise»

Au Guatemala, les conflits autour des entreprises multinationales se multiplient. Les militants sont souvent poursuivis en justice, témoignent des dirigeants indigènes à Genève.
«L’Etat nous criminalise»
En 2017, les Xinca ont obtenu la suspension, par la Cour constitutionnelle, de la licence de la mine El Escobal, exploitée par l’entreprise San Rafael. KEYSTONE
Guatemala

«Au Guatemala, ceux qui défendent leurs droits face aux entreprises multinationales sont très vulnérables. L’Etat ne nous protège pas. Au contraire, il nous criminalise», dénonce Ana Sandoval, du mouvement Resistance pacifique La Puya, qui se bat depuis des années contre l’implantation d’une mine d’or sur des terres indigènes, proches de la capitale. Depuis que ce pays d’Amérique centrale a autorisé, il y a une quinzaine d’années, l’exploitation de ses richesses

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion