International

La gâchette trop facile de la police vénézuélienne

Un rapport de la haut-commissaire aux droits humains fait état d’une soixantaine de décès liés aux manifestations politiques du début de l’année, un bilan deux fois plus élevé que celui du gouvernement.
La gâchette trop facile de la police vénézuélienne
La haut-commissaire aux droits humains, Michelle Bachelet, accuse les forces spéciales de la police (FAES) d’abuser de la violence armée. KEYSTONE
ONU

Une soixantaine de décès liés aux manifestations politiques de ce début d’année, dont plus de 50 victimes attribuées aux forces de sécurité ou à des partisans du gouvernement, le bilan établi par la haut-commissaire aux droits humains, Michelle Bachelet, est deux fois supérieur aux chiffres avancés précédemment par Caracas. L’ex-présidente du Chili, qui s’était rendue le mois dernier au Venezuela sur invitation de Nicolas Maduro, accuse plus largement les forces

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion