Suisse

La Suisse ne lèvera pas le petit doigt

Le Conseil fédéral a répondu négativement à une demande du Conseil municipal de la Ville de Genève d’offrir ses bons offices en faveur du fondateur de Wikileaks.
La Suisse ne lèvera pas le petit doigt
Pour le Conseil fédéral, Julian Assange ne peut pas être qualifié de défenseur des droits humains, ni recevoir la protection de la Suisse dans ce cadre. KEYSTONE/ARCHIVES
Wikileaks

Le Conseil fédéral n’a entrepris aucune démarche spécifique pour le cas de Julian Assange et n’entend pas changer de politique. C’est, en substance, la réponse donnée par les autorités fédérales à une résolution du Conseil municipal de la Ville de Genève. Celui-ci a demandé au Conseil fédéral de «concrétiser sa politique de protection des défenseurs des droits de l’homme en offrant ses bons offices et en entreprenant toutes les démarches

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion