Solidarité

Et si l’avenir du climat se jouait plutôt à Genève?

TISA • Les «fuites» publiées jeudi par Wikileaks concernant l’accord sur les services (TiSA), négocié cette semaine, montrent que les Etats sont prêts à limiter leur souveraineté sur l’énergie au profit des multinationales.
En février 2015 Jean-Patrick Di Silvestro
Wikileaks

Sous les feux des projecteurs, le Sommet sur le climat de Paris ferait-il diversion? On pourrait le croire en sachant qu’une cinquantaine d’Etats, dont la Suisse, les Etats-Unis et les pays de l’UE, négocient dans le même temps à Genève, discrètement cette fois-ci, un traité international sur les services (TiSATiSA est l’acronyme pour Trade in Services agreement. En français : l’accord sur le commerce des services (ACS). ) qui pourrait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion