Livres

Evasion poétique avec Julia Weber

Dans Tout est toujours beau, premier roman de la jeune Zurichoise Julia Weber, deux enfants opposent leur imaginaire à la défection d’une mère. Bouleversant.
Evasion poétique
«Parfois mère me manque même quand elle est là, et parfois j’ai le sentiment qu’elle est à l’intérieur de moi», dit Anaïs, qui dessine ici le «tilleul avec ombre dans la cour». DR
Littérature suisse

Un homme s’approche du feu autour duquel ils sont assis et invite mère à danser. Elle est belle, dans sa robe de lin rouge. Juste une danse, insiste-t-il. Elle finit par le suivre, laissant seuls Anaïs et Bruno à côté du bungalow qu’ils louent dans ce camping. Les enfants l’attendent en vain, finissent par aller la chercher, la trouvent tournoyant au centre d’un cercle d’hommes. Bruno voulait des vacances sans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion