Agora

Le peuple afro-colombien veut aussi la paix

Au rang des défenseurs des droits de l’homme toujours plus menacés, un groupe de la communauté afro-colombienne – dont Francia Marquez, lauréate du prix Goldman pour son combat contre les mines illégales dans la région du Cauca – a été visé par des tirs et des grenades début mai. Eclairage.
Le peuple afro-colombien veut aussi la paix
Francia Márquez avec d'autres membres d'une communauté afro-colombienne du Nord du Cauca. ATTILIO BERNASCONI
Colombie

Le 4 mai dernier, un nouvel attentat a été perpétré contre des leaders sociaux en Colombie. Selon le Défenseur du peuple, organisme d’Etat pour la protection et le respect des droits humains, 462 leaders sociaux ont été assassiné-e-s depuis la signature de l’accord de paix entre le gouvernement et les FARC [anciens guérilleros marxistes] en 2016.1Lire également les articles du Courrier consacrés à la Colombie: https://lecourrier.ch/tag/colombie/. Il s’agit d’un génocide lent et silencieux dont la presse internationale n’a fait que peu écho, la Colombie étant officiellement en paix. Cette fois-ci, les médias du monde entier en ont parlé, car Francia Márquez, Prix de l’environnement Goldman 2018 et Prix national de défenseuse des droits humains 2015 se trouvait parmi les leaders afro-colombiens visés par les sicaires.

L’attaque a eu lieu dans une ferme de la municipalité de Santander de Quilichao, (département du Cauca), où Francia et des leaders de l’Association des conseils communautaires du Nord du Cauca (ACONC), du Processus des communautés noires (PCN), et de l’Association des femmes afro-descendantes du Nord du Cauca (ASOM) s’étaient rassemblés pour préparer une réunion avec le gouvernement. Plus de 25 personnes étaient présentes (dont deux mineures et deux accompagnants internationaux). Soudainement, quatre hommes non-identifiés ont ouvert le feu et lancé des grenades. Deux gardes du corps ont été blessés.

Malgré de nouvelles menaces de mort reçues dès le lendemain de l’attentat, Francia Márquez est décidée à continuer son combat, qu’elle illustre par le slogan: «Le territoire est la vie, et la vie on ne la vend pas, on l’aime et on la défend!». Cette activiste trentenaire, qui lutte contre les exploitations minières illégales et étudie le droit, est devenue l’une des porte-paroles internationales des mouvements sociaux, écologistes et féministes. Mais le trait peut-être le plus évident de Francia Márquez est bien celui d’être noire, descendante d’Africains amenés aux Amériques en condition d’esclavage. Pourquoi sa négritude est-elle importante pour comprendre sa lutte, et plus généralement une partie du conflit colombien? Comme elle l’a expliqué lors d’une conférence organisée en octobre 2018 par la première Association universitaire suisse d’étudiant-e-s afro-descendant-e-s (AEA) à l’Université de Lausanne, le peuple afro-colombien continue d’être l’une des principales victimes du conflit. Habitant de manière ancestrale les territoires les plus riches en ressources naturelles, il est la cible de la prédation de nombreux intérêts économiques. Ce n’est donc pas un hasard que le Cauca, qui compte l’une des plus importantes populations afros et indigènes du pays, recense le plus grand nombre d’assassinats parmi les leaders sociaux.

L’attentat du 4 mai démontre aussi l’inefficacité des programmes de protection mis en place par le gouvernement colombien. D’autant que la protection des leaders ne vise à résoudre que les symptômes de problèmes beaucoup plus profonds, parmi lesquels le racisme structurel existant en Colombie. En effet, malgré la reconnaissance de leurs droits territoriaux, sociaux et culturels dans les années 1990, les lois les garantissant ne sont pas respectées et, 168 ans après l’abolition de l’esclavage, les Noirs en Colombie ne cessent d’être discriminés, et leurs territoires demeurent au centre d’un conflit armé et social.

Pour sa part, la Suisse, qui continue à jouer un rôle important dans le processus de paix tant avec les FARC qu’au niveau des pourparlers avec l’ELN [Armée de libération nationale, guévaristes] tout en protégeant les intérêts de ses entreprises actives en Colombie, ne devrait-elle pas jouer un rôle plus important dans la protection et le respect des droits des minorités ethniques colombiennes? Car si l’on veut la paix, c’est tant les conflits social qu’armé qui doivent être négociés. A défaut, et malgré les menaces de mort, Francia Márquez – et avec elle des millions de Colombiens et Colombiennes – continueront à chanter El Pueblo no se rinde carajo! Le peuple ne se rend pas!

Notes   [ + ]

1. Lire également les articles du Courrier consacrés à la Colombie: https://lecourrier.ch/tag/colombie/

L’auteur est assistant en anthropologie politique à l’Université de Lausanne, représentant international du Processus des communautés noires (PCN).

Opinions Agora Attilio Bernasconi Colombie

Dossier Complet

La paix en Colombie

vendredi 26 août 2016
Nos articles sur le processus de paix en Colombie, initié en 2016 par la signature de l'Accord de paix.

Connexion