International

«Il ne faut pas de laissés-pour-compte»

La réduction des risques de catastrophes naturelles progresse, selon Beat von Däniken.
«Il ne faut pas de laissés-pour-compte» 1
Le pire a été évité en Inde après le passage de l’ouragan Fani, grâce à l’évacuation de 1,2 million de personnes. KEYSTONE
ONU

L’Inde a évité la catastrophe humanitaire la semaine passée. L’ouragan Fani, le plus puissant depuis 20 ans dans ce pays, n’a fait «que» 14 victimes et relativement peu de dégâts matériels. Rien à voir avec Odisha qui avait causé la mort de plus de 30 000 personnes en 1999. ­L’effet Sendai? Le Cadre international de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes (RRC), un plan d’action adopté en 2015 sous

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion