Musique

Aksham, la poésie du jazz

Ce nouveau projet franco-suisse, porté par trois artistes lumineux, a embrasé de son souffle délicat le public du Next Step, lundi soir au Cully Jazz Festival.
Aksham, le poésie du jazz
Lundi soir, au Next Step de Cully, la ­symbiose a opéré. Michel Bertholet
Concert

«Sur le fil.» Tel aurait pu être l’intitulé du concert de Aksham, le nouveau projet de la chanteuse albano-suisse Elina Duni, du pianiste genevois Marc Perrenoud et du trompettiste français David Enhco, qui se dévoilait lundi soir au Next Step de Cully. Sur le fil des émotions, de la poésie, de la virtuosité partagée: «Aksham signifie le crépuscule en arabe, le moment où l’on peut monter ou descendre selon son

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion