Neuchâtel

Réfugiés cherchent Neuchâtelois

L’intégration passe par des contacts plus étroits avec les migrants dans le canton de Neuchâtel. Mais les autochtones peinent à répondre.
Réfugiés cherchent Neuchâtelois
Aynalem, arrivée d’Ethiopie, et Valentine, l’un des duos de l’association Be-Hôme. DR
Intégration

Mathilde, Mayis, Louise, Calliope, Marine, secondées par Scott et Aurélien, ont la vingtaine plutôt bien affirmée. Elles sont étudiantes en lettres ou en droit à l’université de Neuchâtel ou alors employées ailleurs en ville. Il y a quatre ans, encore au Gymnase, elles ont assisté à l’arrivée en nombre de réfugiés. Mais aussi à l’avènement d’une nouvelle forme de solidarité plus spontanée envers des personnes fuyant la Syrie, l’Irak ou

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion