Agora

Un cadeau empoisonné

La loi sur la laïcité en votation le 10 février est, selon Dario Ciprut*, un «héritage empoisonné» du projet constitutionnel de 2012.
Genève

La loi sur la laïcité de l’Etat (LLE) est une loi diviseuse, porteuse de discorde civique. Je partage entièrement ce qu’en a dit Dominique Ziegler (chronique du 23 janvier dans Le Courrier). Cette loi n’invente pas la discorde, mais contribue à l’amplifier. Malgré les débats publics, l’impression reste que la confusion sur les enjeux de cette loi peut fausser le résultat.

Une première confusion tient dans l’intitulé. Le laconique «loi sur la laïcité de l’Etat» transforme par avance les opposants en adversaires de l’impartialité des autorités indispensable au vivre ensemble. Sans cet édifice, notre république serait livrée aux assauts des sectarismes contemporains, et au premier chef de l’islamisme radical.

Il n’en est rien. Mettre au pas des docteurs appelant au respect de sourates, versets ou commentaires n’exige nullement un paquet législatif déséquilibré, legs testamentaire de Pierre Maudet. Des articles discriminatoires, objets de recours des Verts1Notamment l’article 3 sur l’interdiction de signes religieux ostentatoires pour les élus cantonaux et municipaux., enhardiront les procureurs de l’Etat de droit avides de grignoter des libertés de mœurs leur hérissant le poil, et s’en réclamant si ça les arrange.

Loin de sanctionner ces censeurs, la loi s’en prend à la minorité des employés étatiques, auxiliaires parapublics, et même élus, sensibles à leurs injonctions dévotes. Peu importe que ce soit par conviction, peur de la transgression, conformisme ou indignation de se voir pointés du doigt. Les sectaires continueront de vaticiner, les victimes risqueront de perdre leur emploi. A défaut d’uniforme, l’épuration vestimentaire régnera dans la sphère publique et les procès pour discrimination fleuriront. Bravo les législateurs.

Genève n’est ni Paris, ni Montréal, encore moins Damas. Je suis frappé de voir de bons amis et d’estimables lettrés étayer leur vote positif sur l’ignorance du contexte genevois. Ils déduisent d’abominations géopolitiques lointaines ou aux frontières et même de leurs émois personnels, qu’il y aurait à Genève urgence à prévenir les incursions du religieux dans le civil. Ils condescendent que le danger n’y est ni aigu ni imminent, mais persistent dans une surprenante passion prophylactique2L’argument du caractère préventif de la LLE est particulièrement avancé par l’auteur du rapport demandé par Pierre Maudet – le journaliste et écrivain Jean-Noël Cuénod, bit.ly/2HCxu6K. Ils discréditent la revendication de liberté ailleurs en la brimant à domicile.

Genève n’est pas le désert en laïcité dessiné a contrario par la LLE. Pour y affronter les répercussions du djihadisme, les articles datant du Sonderbund et des équilibres conflictuels genevois du XIXe siècle fazyste radical peuvent sembler démodés, et la gauche référendaire, si souvent turbulente, à contre-emploi.

Et pourtant, nul remous des désordres du monde n’a emporté la République. Ni les affaires Ramadan ayant émaillé l’actualité, ni les débats sur l’emploi municipal de converties portant foulard, ni les peurs de la submersion démographique ou infiltration terroriste agitées par les «professionnels» locaux de l’islamophobie depuis l’interdiction réussie de construction de minarets, ni les multiples incohérences du dédale administratif en matière de devoir de réserve ou de piscine municipale, n’ont eu besoin de la LLE pour trouver un apaisement. La preuve est faite que, sans le secours de la LLE, une relative paix religieuse et confessionnelle a été préservée.

D’où vient donc l’impératif de toiletter la législation cantonale sur la relation de l’Etat avec des communautés agréées de croyants? On ne comprend rien à ce pavé législatif sans le verrouillage délibéré du projet de constitution adopté il y a sept ans.

Trois articles elliptiques y contraignaient à légiférer sur la laïcité en conservant le rôle de l’Etat comme courtier à contributions communautaires. Le paquet résultant découle de laborieux filtrages en commission, puis d’amendements du parlement et d’ultimes négociations pour obtenir le ralliement de franges ultra laïques de néo-radicaux de gauche. Qui ne connaît rien de ces tripatouillages perd de vue la fragilité d’une loi artificiellement campée en proposition cardinale pour barrer la route aux nouveaux intégrismes.

Les démocrates hostiles à une caporalisation belliqueuse de la vie publique doivent se résoudre faute de mieux à voter contre l’insipide brûlot ficelé par la majorité.

Notes   [ + ]

1. Notamment l’article 3 sur l’interdiction de signes religieux ostentatoires pour les élus cantonaux et municipaux.
2. L’argument du caractère préventif de la LLE est particulièrement avancé par l’auteur du rapport demandé par Pierre Maudet – le journaliste et écrivain Jean-Noël Cuénod, bit.ly/2HCxu6K

* Genève

Opinions Agora Dario Ciprut Genève

Connexion