Lecteurs

Innovation majeure

Daniel Monney met en avant l’enseignement du fait religieux dans les écoles genevoises qui est prévu dans la loi sur la laïcité.
Votation

Un élément de la loi sur la laïcité votée le 10 février est généralement totalement passé sous silence. L’article 11 prévoit, en effet, que dans les écoles soit «dispensé l’enseignement du fait religieux dans sa diversité». Et aussi «tout prosélytisme est interdit» et un peu après, cet enseignement «est assuré par des membres du personnel enseignant de l’instruction publique».

C’est une innovation majeure et salutaire. Trop d’élèves sont des analphabètes sur le plan de l’histoire des religions. Cela en fait des proies faciles pour des sectes locales (rappelons l’Ordre du temple solaire!) ou des djihadistes qui travaillent avec acharnement.

Certains élèves ont reçu quelques connaissances dans le cadre de leur famille, mais en général uniquement dans «leur» tradition. Ils ignorent tout des autres. Cela peut rapidement être la source de peurs importantes. Ils ignorent également l’histoire de la laïcité en Europe et comment, pour se développer sur le plan scientifique et économique, les sociétés européennes ont dû combattre durement l’obscurantisme religieux.

Quand j’étais encore enseignant d’histoire, je commençais toujours en première année du collège avec des fondamentaux sur la préhistoire. Et ce n’est pas du luxe, car un nombre trop important d’élèves sont soumis aux récits créationnistes (et ils ne sont pas tous musulmans!).

Il importe donc de faire connaître le récit commun des trois religions monothéistes (la Genèse pour faire court) et d’expliquer les découvertes de la science concernant l’apparition de la vie sur terre, l’aventure de l’hominisation. Et comment le monothéisme a fait son apparition, lentement, bien après le néolithique et ses cultes animistes puis polythéistes.

Il faut étudier les textes fondateurs des religions (avec les lunettes de l’historien et de l’anthropologue) comme des textes historiques (et non tombés du Ciel) et comprendre le terreau social et culturel qui les a vu naître.

Cet article 11 me pousse donc à voter oui à cette loi. On me dira «que fais-tu de l’article 3 alinéa 4 qui empêche une députée de siéger avec son voile?» Personnellement, je suis opposé à cet alinéa. Mais plusieurs recours ont été déposés. Je pense que cet élément va être déclaré anticonstitutionnel. Partant de cette conviction, ma balance penche alors du côté du … oui (si je me trompe faites-le moi savoir …!).

Daniel Monney, Genève

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Votation Laïcité

Connexion