Cinéma

Hong Sang-soo, un cinéma de la pensée

Le réalisateur coréen de l’indécision et de la confusion des sentiments est l’un des plus prisés de Black Movie avec dix-huit films en vingt ans. Dont deux à découvrir cette année: Grass et Hotel by the River.
Hong Sang-soo, un cinéma de la pensée
Une femme misanthrope et diariste ­observe les clients d’un café dans Grass, où la table peut figurer à la fois ce qui sépare et réunit. DR
Festival Black Movie

Evoquant les univers croisés de Rohmer et Ozu, Hong Sang-soo est avant tout un observateur singulier des tessons et failles des relations tant femmes-hommes que familiales, puisant dans son existence et ses affinités relationnelles. Interrogeant le cadre mental de nos perceptions et pensées, le cinéaste imagine des comédies humaines miniatures et mélancoliques. D’où sourd une théâtralité tour à tour diffuse et expressive. Les histoires sont souvent filmées avec de longs

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion