Édito

Bal tragique à Uni-Dufour?

Bal tragique à Uni-Dufour?
Pierre Maudet ne surprendrait toutefois personne en s’accrochant encore, contre vents et marées. KEYSTONE
Affaire Maudet

Le premier parti de Genève, le Parti libéral-radical, jouera mardi soir à Uni-Dufour un acte particulièrement dramatique de la pièce de théâtre qui est offerte aux Genevois depuis huit mois autour de son enfant prodige déchu. En se déchirant en assemblée générale à propos de Pierre Maudet, le PLR risque gros, très gros.

Si la base du parti accorde sa confiance au conseiller d’Etat poursuivi par la justice et qui a reconnu avoir menti sur la nature de son voyage à Abu Dhabi, il désavouera alors la direction de la formation politique qui l’a intimé de quitter son poste. Celle-ci a d’ores et déjà annoncé qu’elle démissionnerait.

Qui, alors, pour reprendre la tête du parti, recoller les morceaux et prendre un nouveau départ? D’autant plus que la menace d’une condamnation judiciaire ne peut être écartée par la seule volonté d’un parti de faire corps autour de son magistrat. Le tout en année d’élections fédérales. Ce qui ajoute une dimension nationale à l’affaire. Le PLR Suisse s’estime trahi par Pierre Maudet et veut lui voir les talons, car il craint des dégâts collatéraux au-delà de Genève. Par ailleurs, la dysharmonie continuera au sein du Conseil d’Etat autour d’un ministre en sursis et privé de la majorité de ses prérogatives.

Si le parti ne ressort pas décapité de cette assemblée générale, c’est qu’elle n’aura pas soutenu Pierre Maudet. L’homme, qui a plusieurs fois revu à la hausse les conditions d’une démission, a prévenu qu’il considérait désormais cette assemblée seulement comme une prise de température. Mais rien n’y fera, si la base le lâche, il ne sera même plus cuit, il sera carbonisé. Il ne pourra alors plus se protéger derrière la légitimité de son élection, même s’il est spécieux de réduire le corps électoral au seul PLR. L’animal politique ne surprendrait toutefois personne en s’accrochant encore, contre vents et marées, ce qui rendrait la situation actuelle encore plus surréaliste. Mais s’il part, le risque sera réel de perdre le siège laissé vacant. Et la blessure restera de toute façon longtemps béante.

Finalement, quel que soit le «mauvais scénario» choisi par la majorité du PLR ce mardi soir, il risque d’être encore plus douloureux, vengeur et pathétique en cas de résultat serré.

Opinions Édito Rachad Armanios Affaire Maudet Voyage à Abu Dhabi

Autour de l'article

Dossier Complet

L'affaire Maudet

mardi 20 août 2019
Démissionnera? Démissionnera pas? Tous nos articles sur l'affaire Maudet et ses ramifications depuis les révélations de son voyage à Abu Dhabi.

Connexion