Vaud

Contrats jugés trop précaires

Les assistantes à l’intégration dans les écoles soutiennent les enfants à besoins particuliers. Leurs contrats ne garantiront pas des conditions de travail décentes, dénonce un syndicat.
Contrats jugés trop précaires
Sans formation spécifique, jusqu’alors payées à l’heure, les assistantes à l'intégration obtiendront un contrat fixe à durée indéterminée dès le 1er janvier, pour une première partie d'entre elles. KEYSTONE
École

Le syndicat Sud dénonce des contrats qui mènent à des conditions de travail précaires pour les plus de 800 assistantes à l’intégration, en grande majorité des femmes. Une action a eu lieu jeudi soir devant le département de la formation. Celles qui interviennent dans les classes ordinaires en soutien pour des enfants à besoins particuliers ont mené un long combat pour leur reconnaissance. Sans formation spécifique, jusqu’alors payées à l’heure,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion