Genève

Surveillance des assurés: l’exception genevoise

Le canton de Genève s’est distingué du reste de la Suisse – avec le Jura – en refusant la loi sur la surveillance des assurés. Explications.
Surveillance des assurés: l’exception genevoise
Selon Vincent Maitre, président du PDC, les Genevois seraient, plus qu’ailleurs, attachés à leur sphère privée. KEYSTONE/IMAGE D'ILLUSTRATION
Votations fédérales

En refusant à 58,64% la loi sur la surveillance des assurés, Genève se distingue clairement du reste de la Suisse, qui a dit oui au recours aux détectives privés par les assureurs à 64,68%. Le seul autre refus provient du Jura (51,41%), soit près de 7 points de moins que Genève. Pourquoi ce canton se distingue-t-il à ce point? Carole-Anne Kast, présidente du Parti socialiste cantonal, avance l’hypothèse de la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion