Solidarité

«La solution ne viendra pas des urnes»

Après cinquante ans de régime autoritaire, les Togolais continuent à réclamer la démocratisation du pays.
«La solution ne viendra pas des urnes»
Militant au sein du mouvement citoyen Nubuéké, Ferdinand Ayite se bat pour obtenir des élections crédibles au Togo.
Togo

Quatre défenseurs des droits humains et plusieurs opposants politiques sont encore derrière les barreaux au Togo. Le 17 septembre dernier, la Fédération internationale des droits humains demandait une nouvelle fois leur libération. Deux d’entre eux sont des militants du mouvement citoyen Nubuéké, qui ont participé aux fortes mobilisations pour une démocratisation du pays à l’été 2017. De passage à Genève, l’un de ses membres, Ferdinand Ayite, journaliste au bihebdomadaire L’Alternative,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion