Cinéma

L’ amour au temps du rideau de fer

La froide mise en scène de Cold War s’accorde au destin des amants maudits de Pawel Pawlikowski.
L’ amour au temps du rideau de fer
FILMCOOPI/LUKASZ BAK
Film

Tout cinéaste qui tourne en noir et blanc s’expose au procès pour esthétisme. Pawel Pawlikowski avait échappé à ce reproche avec le formidable Ida (2014), mais doit y répondre aujourd’hui pour Cold War, malgré son Prix de la mise en scène à Cannes. Comme si ce film n’avait rien d’autre à offrir que ses belles images! Son intrigue se déroule pourtant à nouveau (en partie) dans la Pologne communiste de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion