Genève

Trop d’intérimaires sur les chantiers

La rénovation du Bureau international du travail (BIT) n’y échappe pas. Pas plus que les chantiers publics du canton. Le secteur de la construction est gangrené par le recours massif et systématique aux intérimaires.
Trop d’intérimaires sur les chantiers
Le chantier de rénovation du Bureau international du travail. JPDS
Syndicalisme

La législation fédérale ne fixe pas de plafond en la matière et le décret du Conseil d’Etat genevois, visant à limiter la pratique sur les chantiers publics, est suspendu depuis un an, à la suite d’un recours en justice de Swissstaffing, faîtière des entreprises de travail intérimaire. Unia dénonçait une nouvelle fois, ce lundi devant la presse, une pratique «légale, mais pas morale». En prenant l’exemple d’Orllati, une entreprise familiale

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion