Musique

Hélène Grimaud, la vie sauvage

Impérieuse et fantasque, insaisissable comme un oxymore, la pianiste française fait son retour à Gstaad. Rencontre fugace avant le deuxième de ses concerts bernois, vendredi.
Hélène Grimaud, la vie sauvage
Après avoir vécu en Suisse, la «pianiste aux loups» est retournée à New York pour se rapprocher de ses chères bêtes. MAT HENNEK
Piano

En janvier dernier, on ne s’étonnait pas de la patience qu’elle imposait en prélude à son apparition – une demi-heure et deux cafés hors de prix plus tard, voici Hélène Grimaud comme un coup de vent dans le lobby de ce palace zurichois, dardant son regard de menthe glacée qui sourit pour l’excuser. Elle était en répétition avec plus imprévisible qu’elle, l’incandescent Teodor Currentzis, et déjà elle doit repartir, alors

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion