Économie

«Facebook n’est pas encore fini»

Le gros raté du titre du réseau social, qui a perdu 114 milliards de dollars à Wall Street, est inédit. Décodage de John Plassard, directeur adjoint de Mirabaud Securities.
«Facebook n’est pas encore fini» 1
Malgré ses déboires boursiers actuels, la fin de Facebook n’est pas pour demain, assurent les experts. KEYSTONE
Réseaux sociaux

En langage boursier on appelle cela une violente correction. Le titre Facebook a effet connu jeudi passé une chute de 20 points: 114 milliards de dollars (113,5 milliards de francs suisses) partis en fumée, soit un sixième du PIB de la Suisse! Du jamais-vu depuis son entrée en bourse à Wall Street en 2012. Vendredi, c’était au tour du titre du réseau social américain Twitter de chuter de 14% à l’ouverture de Wall

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion