Chroniques

Une obsession planétaire de blancheur

Eva Saro revient sur l’obsession de la peau blanche au fil de l’histoire.
Une obsession planétaire de blancheur
Décod'image

Dans la plupart des cultures, le clair caractérise l’énergie yin ou le féminin, tandis que le sombre signe l’homme mature ou la force yang. Le hâle indique aussi la vie en plein air de l’aventurier. Sur les bas-reliefs égyptiens, dans les miniatures persanes ou les peintures érotiques orientales, les hommes se distinguent souvent par un teint plus foncé que celui des femmes. Cette différence persiste dans notre imagerie commerciale. Dans les contes, le mal est incarné par un personnage sombre, le bien par une créature lumineuse. La peau tannée est rattaché au labeur sous le soleil, le teint opale est connoté positivement et synonyme de d’aisance financière ou sociale.

Sur tous les continents, les compagnies de cosmétiques font fortune en multipliant les potions qui promettent d’éclaircir la peau. Or, les clips pour les produits de Fair&Lovely n’ont de cesse de mettre en scène des situations où la peau claire ouvre immédiatement les portes du succès professionnel et sentimental<fn>https://bit.ly/2z6f1es<fn/>. Les déités de l’Inde se déclinent avec un arsenal complexe de couleurs, mais dans les films de Bollywood, les héroïnes rivalisent de pâleur. Tout se passe comme si une peau de Blanche-Neige était le passeport vers une vie meilleure, à l’instar de l’époque coloniale dans cette région. Une situation qui rappelle le Brésil et d’autres pays aux populations mixtes.

Le mouvement culturel Black is beautiful des années 1960 visait à valoriser les cheveux crépus et la peau brune, mais en 2011, la chanteuse sud-africaine Mshoza déclarait au magazine Drum qu’elle se trouvait laide avec sa peau sombre. En 2013, après une énième opération, elle insistait auprès du journaliste de la BBC: «C’est une histoire d’estime de soi et je m’en suis occupée… Je reste Noire et belle… je ne suis pas blanche à l’intérieur… Il ne s’agit pas d’être Noire ou Blanche, je suis une Noire blanchie.»<fn>https://bbc.in/1Ao4uEb<fn/>

Les hommes aussi consomment de plus en plus de ces crèmes, tandis que l’Organisation mondiale de la santé indique qu’au Nigéria, 77% des femmes utilisent de tels produits, au Togo ce serait 29%. Les conséquences du blanchiment de peau comprennent la leucémie, le cancer du foie et l’insuffisance rénale.

Une obsession planétaire de blancheur 1

Une basketteuse indienne plaide pour la reconnaissance de la beauté des peaux sombres. Dans un clip, son ami lui confirme l’aimer telle qu’elle est.<fn>https://bit.ly/2Ksj7D8<fn/> Des campagnes comme Dark is beautiful s’activent pour la beauté des peaux foncées.<fn>http://darkisbeautiful.in/<fn/> Toutefois, nombreux sont les hommes et femmes à admettre leur préférence pour les peaux claires, et le succès des blondes s’est mondialisé. La journaliste Esther Honig, puis sa collègue métisse Priscilla Yuki Wilson avaient envoyé leur portrait à retoucher dans plusieurs pays avec l’instruction «rendez-moi belle». Tendance phare: des peaux éclaircies et des nez affinés. Est-ce l’association de la lumière au divin ou l’effet de jeune d’un visage clair? Sont-ce avant tout les séquelles du colonialisme? Davantage de modèles positifs à la peau sombre telle l’actrice Lupita Nyong’o contribueront certainement à une revalorisation de notre diversité humaine.

Eva Saro est médiatrice socioculturelle et responsable de projets à la fondation images et société, www.imagesetsociete.org

Opinions Chroniques Eva Saro DÉCOD’IMAGE

Chronique liée

Décod'image

mardi 3 juillet 2018

Connexion