International

Fin de règne sanglante pour Ortega

Le régime sandiniste réprime la contestation qui dure depuis deux mois. Le Nicaragua pleure ses morts.
Fin de règne sanglante pour Ortega
De plus en plus contesté dans la rue, le pouvoir de Daniel Ortega réprime dans le sang le mouvement social, comme ici à Masaya. KEYSTONE
Nicaragua

Chaque jour le Centre nicaraguayen pour les droits humains se livre à un décompte macabre. Depuis le début des manifestations massives contre le régime du président Daniel Ortega, à la mi-avril, 129 personnes ont été tuées. La violence a repris de plus belle après qu’une tentative de dialogue national arbitrée par la Conférence épiscopale du Nicaragua a abouti à une impasse. «Nous vivons cloîtrés, raconte Pedro, un petit boutiquier de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion