Vaud

Une helpline contre la radicalisation

Après le canton de Genève, Vaud se dote d’une politique de prévention contre l’extrémisme violent.
Une helpline contre la radicalisation
Pour la conseillère d’Etat Béatrice Métraux, ici avec le préfet du district de Lausanne, Serge Terribilini, il ne s’agit pas de «fliquer» les gens. KEYSTONE
Prévention

Le canton se dote d’une permanence téléphonique et d’un groupe pluridisciplinaire pour prévenir les cas suspects de radicalisation. Le projet de décret doit encore être validé par le Grand Conseil. «Nous avons ciblé large en nous focalisant sur les extrémismes religieux, politiques et sociaux», a annoncé la conseillère d’Etat Béatrice Métraux en conférence de presse mercredi. Tout citoyen qui a des doutes ou des inquiétudes sur le comportement d’un proche

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion