Religions

Isolement, rupture et radicalisation

Le dispositif genevois de prévention des radicalisations «Gardez le lien» a livré ses chiffres. Interview de la sociologue des religions fribourgeoise Géraldine Casutt, experte au sein de Rhizome.
Isolement, rupture et radicalisation
Depuis la mise en place du dispositif, 126 situations ont été traitées et accompagnées individuellement. KEYSTONE/IMAGE D'ILLUSTRATION
Prévention

«Gardez le lien», c’est le nom du dispositif mis en place à Genève en 2016 pour prévenir la radicalisation et l’extrémisme violent. Après trois ans et demi de fonctionnement, et l’accompagnement de 126 situations, l’heure est au bilan pour ce dispositif, premier du genre à l’échelle nationale, et sa plateforme de spécialistes pluridisciplinaires. Débrief avec la Fribourgeoise Géraldine Casutt, sociologue des religions experte au sein de l’association Rhizome, en charge

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion