Égalité

La domesticité, cet esclavage qui perdure

Dans l’Etat de Bahia, le syndicat des travailleurs domestiques lutte pour une population privée de droits élémentaires, de l’enfance à la retraite. Témoignages.
La domesticité, cet esclavage qui perdure
Milca Martins Evangelista n’avait que 7 ans quand elle a débuté comme travailleuse domestique. DHN
Brésil

Milca Martins Evangelista n’avait que 7 ans quand elle a débuté comme travailleuse domestique. Née dans une famille rurale et modeste, elle est recrutée par des citadins: contre quelques heures de travail, elle allait être scolarisée. Elle n’a jamais vu le banc d’une école. Battue, violée, elle a été soumise à un véritable esclavage. Cette femme chaleureuse est aujourd’hui secrétaire générale du syndicat Sindomestico pour l’Etat de Bahia, qui tente

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion