Homme libre, toujours tu chériras la course
Kathrine ­Switzer, une intruse au ­marathon de Boston en 1967. OUTSIDE THE BOX
Cinéma

Homme libre, toujours tu chériras la course

Le Genevois Pierre Morath a réalisé Free to Run, un documentaire qui raconte le combat des premiers coureurs hors stade: «Courir, c’était le moyen de briser le carcan d’une société conformiste», dit-il.
Cycle

Cinquante mille participants au marathon de New York, 37 000 à l’Escalade, 10 000 à Morat-Fribourg. En Suisse, on estime que 400 000 personnes participent chaque année à l’une ou l’autre courses du calendrier, que 700 000 s’adonnent régulièrement au jogging. Devant cette avalanche de chiffres, la course à pied semble une évidence et pourtant, elle fut une conquête de l’humanité retrouvée. «Les coureurs étaient considérés comme des excen­triques», dit l’un. «On nous prenait pour

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion