Musique

Extases afro-brésiliennes

Le MEG et l’Alhambra s’immergent dans les rites et rythmes du candomblé. Entretien avec le percussionniste Eduardo Carneiro, initiateur du festival.
Extases afro-brésiliennes
Eduardo ­Carneiro passe allègrement des rythmes traditionnels au jazz et à l’électro. LILIAN GINET
Genève

Les Ateliers d’ethnomusicologie sont coutumiers des festivals thématiques. Cette ­se­maine, «Esprit du Brésil» met le cap sur le ­Nordeste pour une immersion dans la culture afro-brésilienne, ses rythmes, ses chants et sa spiritualité. Avec en son cœur le candomblé, syncrétisme afro-catholique qui est au Brésil ce que le vaudou est à Haïti et la santería à Cuba. Un héritage des Yorubas du Nigéria et du Bénin, reformulé par des générations

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion