Cinéma

Le festival du film oriental dans la tourmente

La suppression de la subvention municipale fragilise le FIFOG et remet en question son existence, estime son directeur. La Ville pointe la faible affluence, des soucis d’organisation et un manque de professionnalisme.
Le festival du film oriental dans la tourmente 1
Le film iranien «Dressage» de Pooya Badkoobeh a décroché le FIFOG d’or en mai dernier. DR
Genève

Une pétition qui a déjà récolté plus de 700 signatures demande à la Ville de Genève de sauver le Festival international du film oriental de Genève (FIFOG). La Ville avait décidé, à l’été 2018, de lui supprimer 160 000 francs de subventions à partir de l’édition 2020. Le directeur du festival, Tahar Houchi, fait part de son incompréhension face à la décision. «Pourquoi mettre fin, soudainement, à quatorze années de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion