Autre

Claire Deutsch. Verre vide, tête pleine

La comédienne propose dès vendredi soir, avec «BourBon», un solo halluciné sur les ravages de l’insomnie (et du whisky!) sur l’esprit.
Claire Deutsch FRANCESCA PALAZZI
Lausanne

«Il faut bien lâcher les chevaux, puisque de toute façon on ne dormira pas», confesse Claire Deutsch au sortir d’un filage de sa création. Dès ce vendredi soir et jusqu’au 21 janvier, elle donne un rendez-vous aussi beau qu’éprouvant au public de Singuliers Pluriel, festival pensé par le Théâtre 2.21 à Lausanne, où les seuls en scène se croisent et se mettent en lumière. Avec BourBon, la jeune Française s’est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion