Neuchâtel

L’avenir des migrants en mains privées

Le canton de Neuchâtel a décidé d’attribuer les cours de langue française destinés aux réfugiés à l’Ecole-club Migros plutôt qu’à un partenaire parapublic.  
Le bâtiment de l’Ecole-club Migros à Neuchâtel. Officiellement Yannick Bammert/CC BY 2.0
Asile

Gros coup dur pour le Centre de formation neuchâtelois pour adultes (Cefna). Le service de la Cohésion multiculturelle du canton vient de lui retirer un mandat essentiel. Dès 2018, les cours de langue française et d’alphabétisation pour les personnes relevant du système de l’asile seront donnés par l’Ecole-club Migros et non plus par l’institution parapublique. Le manque à gagner se monte à 660 000 francs pour le Cefna, obligé de se séparer

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion