Genève

Sexisme: le rectorat mal pris

Des femmes cadres accusent le rectorat de l’université de sexisme et de mobbing lié au genre. Deux doctorantes se sont aussi plaintes. Un vice-recteur est au cœur des reproches. Le rectorat réfute.  
La campagne contre le harcèlement et le sexisme se décline sur les murs de l’université. PATRICK LOPRENO
Université de Genève

En découvrant la campagne de l’université de Genève contre le harcèlement sexuel et le sexisme en son sein, plusieurs personnes ont ressenti un malaise. C’est notamment le cas de Christine1Prénom d’emprunt, nom connu de la rédaction. Elle s’est certes sentie soulagée que ce problème soit enfin pris en main. Mais en réalisant que le recteur lui-même, Yves Flückiger, portait le message de «tolérance zéro», elle a éprouvé un grand scepticisme

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion