Livres

Mauvaise langue en liberté

Réédition

Les Enfants de Dynmouth reparaît dans une traduction de Marie-Odile Fortier-Masek. Une très bonne nouvelle, tant ce roman marquant de l’écrivain irlandais William Trevor (1928-2016), oscille entre dérision et terreur. Publié en anglais pour la première fois en 1976, il a pour décor une petite ville paisible du sud de l’Angleterre. Mal à l’aise en société, pervers et rusé, l’adolescent Timothy Gedge se mêle de la vie de ses voisins.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion